Faire défiler

Transparence

Au sein du groupe des Verts au Parlement européen, nous nous imposons des règles strictes concernant l’utilisation de l'argent qui nous est versé pour l'exercice de notre mandat ainsi que nos éventuelles rencontres avec des représentants d'intérêts privés. Voici un aperçu de l'usage de l'enveloppe de frais généraux qui m'est allouée, ainsi que de mes rencontres avec des lobbyistes.

L’indemnité de frais généraux est le montant que les député.e.s européen.ne.s reçoivent chaque mois afin de couvrir leurs frais professionnels. Il s'agit d'une enveloppe dont le montant s’élève à environ 4.575 €.

Au sein du groupe des Verts/ALE, nous nous imposons une gestion stricte de cette allocation, plus stricte que celle imposée par le Parlement européen. Cette exigence vis-à-vis de nous mêmes nous semble indispensable, dans la mesure où il s’agit de fonds publics. Il nous semble donc important que ces dépenses soient transparentes et fassent l’objet d’un rapport. Le groupe des Verts/ALE a donc adopté une politique interne visant à garantir une transparence accrue et une utilisation plus efficace de l’indemnité de frais généraux.

 

Les grands principes que je suis pour utiliser cet argent:

1. L’indemnité de frais généraux doit être versée sur un compte bancaire séparé.
2. À la fin de chaque mandat, les députés Verts/ALE reversent les fonds non utilisés au Parlement européen.
3. Les députés Verts/ALE doivent pouvoir prouver qu’ils utilisent bien cette somme aux fins auxquelles elle est prévue. A cette fin, je conserve un ticket ou une facture pour chaque dépense.
4. Je donne à interval régulier une idée générale de l'utilisation que je fais de cet argent. L'illustration ci-dessous vous indique comment a été dépensé cette allocation.

 

Les dépenses que nous nous autorisons:

Téléphonie : remboursement de mes frais et de ceux de mes assistant.e.s.

Communication : frais nécessaires pour faire connaitre mon activité de parlementaire auprès des citoyen.ne.s.

IT : j’ai besoin au quotidien de divers outils informatiques.Ces besoins ont été renforcés par la pandémie, puisque j'ai du souscrire un abonnement auprès d'un service spécialisé.

Fournitures de bureau : stylos, blocs note, rames de papier, thé et café…

Frais de restauration : frais de café ou restaurant dans le cadre de rencontres professionnelles (en aucun cas pour des réunions privées).

Transport et mission : pour couvrir les frais liés à des déplacements professionnels (autres que les déplacements à Strasbourg, qui sont couverts directement par le Parlement européen).

Journaux et livres : comme parlementaires, nous nous devons de suivre de près l’actualité, et avons donc divers abonnements presse, que je partage avec mon équipe. Il m’arrive aussi d’acheter des livres dans le cadre du travail législatif.

Formation : moi et mon équipe pouvons avoir occasionnellement besoin de nous former à l’une ou l’autre tâche afin d’être plus efficaces, comme n’importe quel employé qui bénéficie de formation continue.

Traduction : il m'arrive, occasionnellemment, de faire traduire une étude ou un document, afin de le rendre accessible au public francophone.

Location de bureau : l'allocation de frais généraux permet de louer une permanence dans son pays. Ça n’est pas mon cas, puisque je vis à 40 minutes de Bruxelles. Il peut, occasionnellement, m’arriver louer une salle de réunion quelque part.

 

Moins de la moitié de l’allocation utilisée

Depuis le début de mon mandat, j’ai utilisé moins de 40% de ma GEA. C’est un montant assez faible, qui s’explique notamment par l’arrêt d’un certain nombre d’activités suite à la crise sanitaire, comme les visites de terrain ou l’organisation de séminaires.

Comme exigé par les règles fixées au sein du groupe des Verts/ALE, le solde restant sera restitué au Parlement européen en fin de mandat. L’utilisation de cet argent sera audité prochainement afin de s’assurer qu’il a été utilisé conformément aux règles.

 

Un exemple pour le reste du Parlement ?

Comme je viens de le détailler, nous faisons de notre mieux, au sein du groupe des Verts/ALE, pour utiliser au mieux l'argent public et être transparent à ce sujet.

Nous plaidons également pour que l'exigence de transparence que l'on s'impose s’applique à tou.te.s les eurodéputé.e.s. Il nous semble essentiel que l'argent public alloué dans le cadre de l'allocation de frais généraux ne soit utilisé que pour des activités liées au mandat de parlementaire.

 

Les rencontres avec des lobbyistes

En tant que députée européenne, je suis régulièrement sollicitée pour rencontrer des représentants d’intérêts privés. A travers ces rencontre, ils veulent me faire part de leur point de vue sur les politiques que nous menons au Parlement européen, et les conséquences que cela peut avoir sur leurs activités.

Je n’accède pas systématiquement à ces demandes. Cela arrive toutefois à certaines occasions, puisqu’il est normal d’écouter les personnes qui vont voir leur activité touchée par l’évolution de la législation. Ecouter tous les points de vue est important, mais il est évidemment nécessaire que cela n’influence pas les élu.e.s dans leur tâche de servir l’intérêt collectif.

Avec le groupe des Verts/ALE au Parlement européen, nous estimons que ces rencontres doivent être connues du grand public. Vous pouvez retrouver ici une liste des représentants d’intérêts que j’ai rencontrés depuis le début de mon mandat.