Faire défiler

Qui suis-je ?

Eurodéputée Ecolo (2019 - 2024)

Une féministe, engagée, passionnée, bien ancrée dans la réalité de ma région, guidée par des idéaux d’égalité et de solidarité.

Élue au Parlement européen depuis juin 2019, mon mandat s’inscrit dans la continuité d’un engagement de longue date pour une société plus juste et plus durable. Mon engagement politique est celui d’être le relais de celles et ceux qui s’engagent quotidiennement pour le climat, la justice sociale, la démocratie et les droits humains, une mondialisation équitable.

Je siège au sein de deux commissions parlementaires qui reflètent mes engagements et mes priorités politiques, avec un fil rouge : le respect des droits humains.

En commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE), je  défends un projet de société ouverte, solidaire et tolérante. Je ne supporte pas les injustices, ni ceux qui entretiennent la peur, le repli sur soi, dans des logiques autoritaristes ou populistes. Les droits et libertés fondamentales ne sont pas négociables. Face à l'autoritarisme croissant de certains Etats, à l’extension de la surveillance généralisée sans transparence, ni débat démocratique et souvent en violation des droits fondamentaux, également violés au nom de la lutte contre la criminalité et le terrorisme, à l’absence criante d’une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux, à l’intolérance et aux discriminations, souvent à l’égard de minorités, portées par certains mouvements politiques, il est indispensable que nous nous levions pour nos droits. Pour le respect des droits fondamentaux de tou.te.s.

Le respect des droits revêt aussi une dimension internationale. La commission du Commerce international (INTA) où je porte une priorité : faire de l’UE le premier continent du commerce équitable, est la seconde commission dans laquelle je siège. Nos pratiques commerciales doivent évoluer afin de les rendre compatibles avec le respect des droits humains et de l’environnement. Oui c’est possible, de nombreux acteurs apportent la preuve quotidienne que le respect des normes sociales et environnementales, une approche éthique, sont compatibles avec un projet économique durable. Des normes qui doivent être respectées par l’ensemble des acteurs de la chaîne pour que ça marche : entreprises, sous-traitants, gouvernements. Dans ce cadre, la lutte contre le travail des enfants au travers des instruments commerciaux est un de mes cheval de bataille : comment tolérer que nous européen.ne.s, nous consommions chaque année, pour 50 milliards € de produits teintés du travail des enfants? Nous avons les leviers pour diminuer drastiquement ce fléau. Si tout le monde en convient, la volonté politique manque cruellement pour inverser une nouvelle tendance à la hausse.

20 ans d’engagement

Les combats que je mène dans les travées du Parlement européen sont la continuité de ceux menés sur le terrain depuis mes premiers engagements militants et politiques. C’est chez Oxfam Magasins de Monde que j’ai fait mes premières armes en tant que bénévole. Consciente des inégalités qui minent notre monde, de la nécessité de penser globalement et d’agir localement, j’ai rapidement ajouté la réflexion politique à l’action, en m’engageant au parti Ecolo, porteur d’un projet de société écologique, social et démocratique dans lequel je me retrouve le plus.

En 2007, je décroche mon premier emploi comme conseillère politique sur les questions européennes, internationales et de coopération au développement au Parlement fédéral, pour les députés fédéraux Ecolo-Groen. Expérience à laquelle s’ajoute une autre, au Cabinet d’Evelyne Huytebroeck, Ministre bruxelloise chargée de l’Environnement et de la lutte contre la pauvreté, avant de devenir responsable du Service d’études d’Ecolo en 2009. Avant le mandat au Parlement, j’ai travaillé cinq années pour le développement territorial de la Wallonie picarde, au sein d’une intercommunale. J’y ai entre autres accompagné les communes de la région dans la réalisation de leur Plan d’action énergie durable et climat dans le cadre de la Convention européenne des Maires pour le climat et l’énergie et initié des projets tels que Food’Wapi sur le développement des circuits courts alimentaires et Un Arbre pour la Wapi, projet de plantation de 350.000 arbres en dix ans. Cette expérience m’a permis de vivre au plus près l’impact des législations européennes, mais également le bénéfice des fonds européens pour le développement économique, touristique, social et environnemental de nos régions.

Je n’occupe aucun autre mandat, le seul mandat électif précédent celui du Parlement européen fut celui de conseillère communale entre 2012 à 2015. Et je peux vous assurer qu’avec un seul mandat, j’ai largement de quoi remplir mon agenda!

Saskia

Mes priorités

Droits de l'enfant

Alors que la Convention Internationale des Droits de l’Enfant est la Convention de l’Onu la plus largement ratifiée, leurs droits sont loin d’être effectifs. L'intérêt supérieur de l’enfant est mis à toutes les sauces, répété à souhait, mais aussi objet d'interprétations bien divergentes. L’enfermement des enfants, les mineurs migrants non accompagnés ou “simplement” disparus, le travail et l’exploitation infantiles, l’avenir climatique, toutes les formes de violences, sont autant de violations de la Convention, mais ne donnent lieu à aucun changement politique.

La voix des enfants est-elle seulement entendue? Le monde des adultes est décidément bien triste, peu créatif et terriblement égoïste face à la créativité et aux aspirations des jeunes générations. Alors, écoutons-les davantage, pour rendre notre monde plus juste. Et plus durable.

 

Commerce équitable

Le Commerce équitable repose sur un modèle économique éthique et responsable : une production, une commercialisation et une consommation respectueuses du développement durable via la garantie d’une rémunération juste pour les producteurs, du respect des droits des travailleurs et de la préservation de l’environnement. Le concept a été développé pour établir des relations commerciales plus justes entre le Nord et le Sud, et renverser les effets sociaux et environnementaux négatifs de la libéralisation et de la mondialisation.

Ce concept doit s’appliquer à l’ensemble des relations commerciales, y compris au sein des pays du Nord où les producteurs et productrices ne bénéficient pas toujours d’un revenu décent. Pour une mondialisation heureuse, je porte l’objectif de faire de l’UE le premier continent du commerce équitable.

Mon équipe

En tant que députée européenne, je dispose d'une équipe pour m'assister dans mon travail parlementaire et ma communication.

Olivier Derruine

Assistant Parlementaire

Economiste de formation, Olivier a débuté sa carrière dans un syndicat où il s'occupait des négociations salariales et déjà d'Europe avant d'acquérir une expérience ministérielle durant la crise des années 2008-2009. Il a ensuite rejoint Philippe Lamberts qu'il a accompagné pendant deux mandats sur les questions de transition, de règles budgétaires, de politiques industrielles et commerciales. Il m'accompagne depuis le début mon arrivée au Parlement européen dans mes activités au sein de la commission du commerce international.

Camille Goret

Assistant Parlementaire

Diplomé en Histoire et sciences politiques ainsi qu'en Communication, Camille a rejoint mon équipe début 2021. Ancien journaliste, il est désormais chargé de la communication. Il lui revient de faire connaitre mon travail auprès d'un maximum de citoyen.ne.s.

Lise Schwimmer

Assistante Parlementaire

Diplômée en droit public et international, Lise a rejoint mon équipe en début de mandat. Après avoir travaillée dans des ONGs de défense des droits humains en France et en Allemagne, à la Commission européenne et dans un cabinet de consultants, et forte de son expérience au Parlement européen acquise dans l'équipe de Philippe Lamberts lors du précédent mandat, elle m'a rejoint pour suivre la commission LIBE (Libertés civiles, justice, affaires intérieures) où notre travail se concentre sur les questions de sécurité et coopération policière, ainsi que les questions migratoires.