Sélectionner une page

La Commission européenne a présenté sa stratégie pour les droits de l’enfant. Je me félicite de la publication de ce document, dix ans après le dernier plan européen d’envergure sur le sujet. Cela rappelle toutefois le besoin d’une plus grande cohérence des politiques européennes afin d’atteindre les objectifs fixés.

La Stratégie en faveur des droits de l’enfant présentée par la Commission européenne a été mise au point en concertation avec de nombreuses organisations actives dans le secteur. Cette méthode de travail a permis d’aboutir à un texte ambitieux, sur un sujet qui fait généralement l’unanimité. Mais une fois ces bonnes intentions annoncées, il nous faut veiller à la réalisation des objectifs fixés. Les mesures requises sont largement connues. Il est désormais nécessaire de présenter des actions claires et concrètes et d’allouer des budgets augmentés à leur réalisation.

Pour moi, nous devons rester extrêmement vigilants et rappeler les États membres à leurs obligations en matière de droits de l’enfant. Des moyens humains et financiers doivent être mis en place. Ne les pensons pas comme des dépenses, mais bien comme des investissements pour les générations futures. Il est également nécessaire de veiller à la cohérence des politiques européennes. On ne peut pas, d’un côté, affirmer vouloir mettre fin au travail des enfants, et de l’autre, signer des accords de commerce avec des pays où le travail des enfants est monnaie-courante. On ne peut pas non plus prétendre vouloir agir dans le meilleur intérêt de l’enfant et mener une politique migratoire qui prévoit la détention d’enfants ou la prise de leurs empreintes digitales à partir de 6 ans.

Une « garantie enfant »

Je me félicite également du projet de « garantie enfant », qui vise à briser le cercle vicieux de la pauvreté et de l’exclusion sociale. Ce point est essentiel alors qu’en 2019, 22% des enfants de l’UE (18 millions d’individus) étaient exposés à un risque de pauvreté. Il faut désormais que les États membres profitent du soutien proposé par la Commission pour faire de cette garantie une réalité et y allouent les fonds nécessaires.

Pour rappel, le Parlement européen a adopté en mars dernier une résolution présentant ses attentes vis-à-vis de l’annonce de ce jour. Cette stratégie reviendra devant les députés européens au cours des mois à venir, sous forme de différents textes législatifs. Je continuerai à suivre ce dossier, afin de m’assurer que les textes proposés au Parlement européen prennent en compte ces divers éléments.


Retrouvez ici les documents de la Commission européenne:

Commission’s action to uphold child rights
Questions and Answers: Strategy on the Rights of the Child 
Feasibility study for a Child Guarantee (2020) 

Share This