Sélectionner une page
On n’enferme pas un enfant, point.
Le Parlement européen réaffirme son opposition à la détention des enfants migrants. Hier soir, lors du vote sur le rapport de mise en œuvre de la directive retour rédigé par ma collègue écologiste Tineke Strik, le Parlement européen , a réaffirmé son opposition à la détention des enfants dans le cadre migratoire. Avec une majorité de 512 voix (contre 134 s’y opposant), le rapport voté stipule que “les enfants ne devraient jamais être détenus pour des raisons liées à la migration” et que “la rétention ne peut jamais être justifiée par l’intérêt supérieur d’un enfant”. Des mentions qui ne laissent pas de place à l’interprétation.
Il s’agit d’une position précédemment adoptée par le Parlement européen, qui de manière constante a réaffirmé son opposition à cette pratique. Alors que nous entamons le travail parlementaire sur le Pacte asile et migration (présenté par la Commission en septembre, dont vous pourrez retrouver mon analyse ici), il était important que les députés européens s’opposent clairement à ce que les enfants migrants soient détenus.

Ce rapport était voté avec le rapport de mise en œuvre du règlement Dublin, sur lequel mon collègue Damien Carême représentait les Verts. Ils font état des manquements de ces dispositions à assurer un traitement humain et solidaire des personnes migrantes et réfugiées. Le rapport condamne fermement le système absurde de Dublin et regrette que la Commission européenne n’ait pas effectué d’évaluation des systèmes existants avant de faire de nouvelles propositions sur l’asile et la migration en Europe.

Loin des discours populistes, nous devons sur ces dossiers nous baser sur des faits et les droits des personnes.
Share This