Sélectionner une page

[Communiqué de Presse]

Hier soir, le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) dont le journal Le Soir fait partie, révélait les fruits de 16 mois d’enquête internationale. Sur base de la fuite de milliers de documents, l’enquête met en lumière comment les plus grandes banques internationales, dont des banques belges, ont permis des mouvements de capitaux identifiés comme potentiellement « à risque de blanchiment » ou impliquant des personnalités identifiées à risque, sans en informer les autorités de supervision compétentes. Ces documents pointent l’implication de 5 banques internationales dans des mouvements illicites d’argent sale. De nouvelles révélations sont annoncées dans le courant de la semaine.

Le groupe des Verts/ALE demande un débat avec la Commission et le Conseil sur le sujet lors de la prochaine séance plénière du Parlement européen (5-8 octobre).

Saskia Bricmont, eurodéputée du groupe Vert/ALE, chargée des questions de criminalité financière et politique d’anti-blanchiment au sein de la Commission des libertés et de la justice (LIBE) :

« Ces révélations montrent une nouvelle fois que la criminalité financière est un business fructueux auquel les plus grands établissements bancaires mondiaux offrent sans vergogne leur collaboration malgré leurs obligations en la matière. C’est d’autant plus scandaleux dans le contexte socio-économique actuel. La Commission européenne doit présenter ses propositions dans quelques mois, nous demandons à ce qu’un mécanisme de supervision européen soit mis en place au plus vite, avec de véritables moyens de fonctionnement. Un règlement européen est nécessaire pour harmoniser les dispositions et mécanismes de surveillance dans les États membres. » 

« Alors que l’on estime à plus de 2.000 milliards de dollars les sommes qui sont blanchies, la confiscation et le recouvrement de ces sommes sont cruciaux. À côté d’un organe de supervision européen, les moyens humains et financiers des services de lutte contre la criminalité financière doivent être renforcés et les droits des victimes doivent être assurés. »

« Ces nouvelles révélations viennent s’ajouter aux nombreux scandales révélés ces dernières années par le travail de journalistes d’investigation. Je tiens à saluer ce travail crucial pour l’intérêt public qui rappelle la nécessité de l’accès à l’information et la protection effective des lanceurs d’alerte. »

Share This