Sélectionner une page
20 novembre : journée internationale des droits des enfants. Présidente de l’intergroupe sur les droits de l’enfant, je fais de la défense des droits des enfants un enjeu prioritaire au travers de mes dossiers et de mon travail parlementaire.
Je m’y attelle notamment au sein de la Commission du commerce international (INTA) au travers de la lutte contre le travail infantile qui concerne près de 150 millions d’enfants dans des secteurs comme le cacao, le textile, les mines par exemple. Un chiffre sidérant et pourtant en diminution de presque 40 % depuis l’an 2000. Mais c’était avant la pandémie du COVID19 dont les conséquences effaceront une bonne partie des progrès de ces dernières années. Les experts redoutent que nombre d’enfants, de filles surtout, ne retourneront pas en classe lorsque les écoles rouvriront dans des conditions normales et que les difficultés financières plus intenses des parents les conduiront à chercher un emploi pour leurs enfants. Juste pour survivre.
Lorsque le nouveau Commissaire au Commerce, Valdis Dombrovskis, a été auditionné par le Parlement européen, il a débuté son intervention en clarifiant que « la politique commerciale dépasse la simple question du commerce et doit tenir compte des enjeux sociétaux ». Ce cadrage faisait écho à l’engagement de la Présidente de la Commission qui a martelé une tolérance zéro pour les produits recourant à de la main-d’œuvre infantile.
Jusqu’à présent, c’est surtout par le biais de la politique de développement et de l’aide étrangère qu’on essaie de s’attaquer à ce fléau.
Pour dépasser les intentions et que le commerce européen contribue effectivement à mettre fin au travail des enfants, je sollicite (avec l’appui du groupe Verts-ALE) une étude contenant des recommandations concrètes sur les mesures à déployer dans le cadre de la politique commerciale, pour amener nos partenaires commerciaux (où le travail des enfants est répandu) à prendre des initiatives pour l’éradiquer. Une étude que je présenterai à la Commission dans le cadre de l’Année internationale de l’éradication du travail des enfants en 2021.
Le cahier des charges pour cette étude ainsi que les modalités pour être candidat.e à sa réalisation sont disponibles ici.
Share This